ARCHITECTURE

Le premier élément qui saute aux yeux dès que l’on prononce ou lit ce terme est la présence du mot ART comme départ. Et l’architecture en est un, un qui rassemble et assemble.
Déjà, à cet instant, tout est présent : L’Architecture est Art. Il contient l’Art, le fabrique et en est.

Sautons la deuxième syllabe pour passer directement aux dernières. TECTURE. Texture. L’architecture, ce sont des textures, ça touche l’œil et exalte les mains. C’est du bois, de la pierre, du marbre, de la brique, de l’acier, du fer, du verre…
(Remarquons rapidement que la BRIQUE rappelle FABRIQUE et que l’architecture fa-BRIQUE !)
Pour demeurer dans cette même veine, nous revenons au début du mot. ARCHI. Arch. Les arches, qui ont été et reste un pendant important de l’architecture construisent ce mot, jette un pont entre la construction et les matériaux de construction.
Tout comme la finition de ce terme, ce TURE, peut rappeler à notre mémoire le terme de MUR. On clôt l’espace, on clôt le mot. À ce moment, nous approchons si ce n’est que nous l’atteignons, de la perfection.
Bref, en quelques secondes, le mot d’ARCHITECTURE regroupe déjà, dans une simple prononciation les termes d’Art, d’arche, de texture et de mur, tout un vocabulaire propre à son domaine.
La graphie du mot est tout de même extrêmement intéressante, notamment, l’omniprésence redondante du T. Qui est une lettre de l’alphabet mais aussi un outil utilisé sur les chantiers ! C’est également une belle illustration de l’angle droit, omniprésent dans nos édifices.
Le T, ce peut aussi être la représentation la plus simple de l’architecture : un mur, un plafond, équilibrés et donc une protection. (Le H peut également bien rendre cet effet)
En continuant dans cette veine d’un T pour une équerre, nous pouvons obtenir quasiment tous les outils de l’architecture : A pour le compas, C pour le rapporteur, I pour la règle.
Encore au-delà, ARCHITECTURE rassemble un ensemble de style architecturaux qui transparaîtront à travers le mot : inversons le U, vous obtenez l’art roman, le A est gothique, le C baroque, le R ravive certains des derniers monuments de F. L. WRIGHT, le H est d’un classicisme absolu tandis que le T peut raviver les temples grecs tout comme la nouvelle architecture industriel du XIXème siècle ou le principe du pilier du Corbusier. Quant au I, il représente simplement nos gratte-ciels modernes !
Même nos édifices transparaissent dans l’ARCHITECTURE : bâtiment de Zaha Hadid dans le A, Versailles à travers le E, les tours Petronas dans le H…
Pour finir, arrêtons-nous un peu sur la prononciation du mot : une envolé roulée dans la première syllabe puis une descente douce avant les T qui explosent les lèvres, enfoncent définitivement le terme dans le sol tout en étant une fondation solide…
Un toit, deux murs, des fondations. L’Architecture est là. … Mais aussi le pont, au travers de cet envolée ! Les immeubles haussmanniens qui se répètent le long des T, les arches gothiques qui soutiennent les cathédrales.
Toutes ces redondances du mot, c’est la réutilisation d’un ensemble de pratique architecturales à travers les siècles, aussi une représentation du retour constant des mêmes styles (l’art grec et romain dans le classicisme et le néo-classicisme, le gothique et le néo-gothique…)
Le terme d’ARCHITECTURE ne révèle ici qu’une partie de sa composition, nous laissant entrevoir qu’une partie des merveilles qui l’enrichissent… Un mot d’une grande beauté…
Et la beauté éclate partout. L’Architecture est, me semble-t-il, l’art le plus commun au monde non seulement parce que nous le côtoyons quotidiennement mais parce qu’il nous est indispensable : nous vivons à l’intérieur de l’Architecture !
Architecture. Art-chitecture. L’Art-chitecture ne demande qu’une LECTURE.
Et s’il n’y a qu’une chose à retenir de ces longues phrases, il s’agit bien de ça : l’Architecture est Art, est partout, est beauté…
L’Art est donc partout et omniprésent, il suffit de lever les yeux, d’oser toucher, parfois d’humer, et même quelques fois d’écouter…
Si l’Art est partout, la Beauté et l’Imagination le sont également. Tout trois éclatent constamment à tout temps et dans tout espace. C’est enivrant, exaltant, ça comble et rend heureux.
Mais tant de sollicitations, tant de questionnements, de magnificences, de splendeurs, de réflexions qui explosent dans tous espaces peuvent être dangereux jusqu’à mener à l’éradication…
Art est l’anagramme de Rat. Montrant d’un coup la double facette humaine : le beau et le laid rassemblés en une seule pièce montrant pile ou face.
Et, dans ÉRADICATION, le rat possède la première place. Éradiquer équivaut à tuer tous les rats. Tuer tous les rats, mais sans tuer l’Art…
Tant d’Art, tant de beauté, tant de stimuli pour notre encéphale ne peuvent que mener à une immense joie et à l’éradication…
L’Art-chitecture est omniprésente, l’Art également, enfin l’éradication aussi…
Se couper la gorge devant un Kandinsky ou un Klimt…
Se pendre devant un Van Gogh ou un Monet…
Sauter dans la Seine froide en admirant Notre-Dame ou en contemplant Orsay…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s