Volupté

Lucien fixait ses yeux dans le miroir.

La sonnette retentit dans l’entrée et il s’essuya les mains dans la serviette humidifiée, quitta son reflet, rejoignit la porte où il accueillit son invité, exact. Les doigts encore sur la poignée froide, le battant entrouvert, Lucien reçut sur ses lèvres celle d’Aymric, craquelées, à peine charnue, délicieuses, qui ne se détachaient pas, ne s’éloignaient plus, un baiser immense, infini, exquis. Aymric repoussa la porte d’une main, de l’autre, s’empara de la nuque de Lucien qui recula de plusieurs pas et continua de l’embrasser. Les deux hommes firent encore quelque pas maladroits en arrière, puis Aymric fit volte-face, entraînant dans son demi-tour Lucien, repoussa la porte et le plaqua contre le panneau. Ses doigts se crispèrent autour du cou de son amant. Continuer à lire … « Volupté »

Publicités