La Mère Supérieure

La Mère Supérieure marchait d’un petit pas empressé, sa robe noire voltigeant autour d’elle. Elle ne prêtait aucune attention aux chapiteaux du cloître, ni aux plafonds peints, ni aux quelques sœurs en prière ; elle enserrait dans sa main droite un chapelet qu’elle égrenait rapidement, nerveusement, sa main gauche cachée dans les plis de son vêtements. Continuer à lire … « La Mère Supérieure »

Publicités